Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Sports / Accidents sportifs > Tendinites      (158 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ténosynovite : j'ai mal au bras depuis l'opération

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 19/03/11 | Mis en ligne le 21/03/12
Mail  
| 842 lectures | ratingStar_230854_1ratingStar_230854_2ratingStar_230854_3ratingStar_230854_4
Je suis nouvelle sur ce forum et je vous écris pour tenter de recueillir des avis sur mon cas. En effet, j'ai été obligée de suspendre mes études il y a un mois et demi à cause de douleurs lancinantes au bras, et du traitement assez lourd que je devais supporter. Je vais vous résumé un peu la situation. > En juin 2008, je chute en Aérobic sportive à une pompe pliométrique (avec phase d'envol). Ayant mal dans le poignet et étant à une semaine du bac, je vais voir mon médecin qui me prend littéralement pour une débile, me traite de chochotte et me laisse repartir avec du paracétamol et une crème anti-inflammatoire. Cette douleur m'a beaucoup pénalisée et handicapée lors des épreuves du bac, je devais sortir toutes les 15-20 min pour passer de l'eau froide sur le poignet histoire de soulager un peu. > Un mois plus tard, mon médecin accepte de me faire passer une radio. Résultat : fracture non déplacée de la styloïde (c'est l'extrémité du radius), et inflammation des tendons. Trop tard pour plâtrer, je me retrouve avec une petite attelle poignet-pouce pour 3 semaines. Trois semaines à l'issue desquelles la douleur n'est toujours pas passée, toujours la même gène lorsque j'écris. Une échographie indique que l'inflammation des tendons s'est amplifiée. > Direction le spécialiste de la main : ténosynovite de De Quervain, paracétamol et Kétum (pour changer). Une dispense de sport et "Ca finira par passer". > Après n visites avec ce cher spécialiste, qui ne me propose que du voltarène et du paracétamol, j'apprends à supporter la douleur, ma formation ne me demande pas d'écrire rapidement et en grande quantité donc la gène à l'écriture s'atténue. Entre temps, accident de la cheville (une autre histoire un peu compliquée...) m'oblige à faire 8 mois de béquilles... (De mai 2009 à janvier 2010) > Mai 2010 , la douleur s'est nettement atténuée, sans pour autant avoir disparu, mais la reprise du sport entraîne une rechute. Visite chez le spécialiste, Kétum, Paracétamol, Voltarène... Blablabla. Celui-ci décide de m'opérer de cette ténosynovite persistante en juillet 2010. > L'opération se passe bien, la mobilité revient, je réapprends à écrire sans douleurs jusqu'au jour où j'arrête les anti-inflammatoires post opératoires : Et un matin (surprise !), impossible de bouger mon bras. Impossible de porter quoique ce soit, impossible d'écrire. Des décharges électriques dans le pouce, une douleur violente dans le reste du bras et une grosse sensation de lourdeur de l'épaule. (En classe préparatoire aux grandes écoles, c'est déjà plus gênant...) > Et les traitements s'enchaînent : Voltarène/Paracétamol, Cortisone, Diantalvic (6c par jour)/Lyrica (50mg matin et soir)/Tétrazépam (traitement plutôt efficace quand le diantalvic était encore autorisé à la vente...). Bien sur, c'est loin d'être compatible avec mes études, que je finis par "abandonner" en février dernier. > Je vois alors un ostéopathe qui diagnostique la côte première déplacée ainsi que 3 vertèbres au même niveau. La manipulation m'a réellement soulagée pendant 3 semaines, et un matin, ca a recommencé (ca a peut être rebougé...). D'après lui, ces déplacements écrasent les nerfs qui vont au bras et les abiment. > Et le must du must : la combinaison Lyrica/Tramadol (100mg matin et soir)/Xprim (si douleur)... Grosse intolérance au tramadol, au point de ne pas pouvoir en prendre plus de deux prises : vertiges, malaise général et vomissements. En deux ans, j'ai passé des radios, des IRM, des échographies, des EMG, des scintigraphies, j'ai vu des kinés (la première séance de rééducation n'a eu lieu qu'en janvier 2011), des ostéopathes, des rhumatologues, des psys aussi. Tous les résultats sont négatifs, il n'y aurait pas de cause biologique. Pas d'algodystrophie. Le dernier kiné en date a pourtant détecté une sensibilité (une forte sensibilité) du ligament qui est situé sous les tendons du pouce. C'est simple, on touche, je hurle. Au final, depuis l'opération j'ai mal dans tous le bras, à ne pas pouvoir écrire, jouer de la guitare ou encore tenir assise quelques fois, tellement la douleur est intense (douleur qui n'est pas dans ma tête, c'est une douleur physique). Actuellement mon médecin n'a plus d'idée, je me retrouve sans traitement, et sans études. * Est-ce que le chirurgien aurait touché un nerf durant l'opération ? Est-ce que ca aurait été detecté à l'EMG ? * Est-ce que la douleur que je ressentais pouvait être due au ligament et non aux tendons, même si ceux ci étaient inflammés ? * Est-ce que les manipulations de l'ostéopathe doivent être renouvelées ? Est-ce que l'hypothèse de la côte qui se (re)déplace pourrait expliquer toutes ces douleurs ? * Est-ce que je dois continuer tous ces traitements qui me rendent malade ou complétement défoncée ? Dois-je persister le tramadol ?! * Avez vous une idée de ce que cela pourrait être ?
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


230854
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Periple erotico-musical d'un musicien en tournee (hetero)

image

Rebonjour ! Voici le début du troisième volet. J'espère qu'il vous plaira. Volume 3 : La mer ou l'exotique Tamara. Chapitre premier. Il avait fallu que j'attende le départ des deux tourtereaux pour pouvoir sortir moi-même de la chambre. J'avais...Lire la suite

Debut de tendinite ? - accidents sportifs

image

Salut à vous ! Je me suis mis à la musculation il y a peu de temps. Je fais quelques pompes, des abdominaux, des squats - fléchissement de la jambe faisant travailler les quadriceps -, et des tractions. Je m'étire avant et après la séance...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages