Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Transports      (5556 témoignages)

Préc.

Suiv.

Actions EADS la population française est le dindon de la farce

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 347 lectures | ratingStar_22944_1ratingStar_22944_2ratingStar_22944_3ratingStar_22944_4

Bercy aurait "autorisé" cette opération. L'affaire de délits d'initiés qui touche le groupe aéronautique pourrait rebondir…

 

 

Thierry Breton aurait menti dans le rôle de l'Etat dans le rachat de titres EADS. (Reuters).

 

Breton nie, Bercy enquêteSelon un rapport de la commission de surveillance de la Caisse de dépôts et consignations (CDC) en date du 12 juillet 2006, "l'Etat a autorisé la Caisse des dépôts à procéder à [l'] acquisition" des 2,25% du capital d'EADS détenus par le groupe d'Arnaud Lagardère, lit-on dans  

 

Le Monde daté de dimanche-lundi. Le quotidien publie des extraits du procès-verbal de l'organe de contrôle de la CDC, et remet par la même occasion en cause la parole de l'ancien ministre de l'Economie Thierry Breton, qui avait affirmé, la veille, avoir été informé de la transaction "par la presse".

 

Interrogé par la commission des Finances du Sénat, l'ex-patron de Bercy avait insisté sur le rôle "irréprochable" de l'Etat, et avait assuré n'avoir "jamais donné une seule recommandation ou instruction à la Caisse des dépôts en ce qui concerne un achat ou une vente d'actions" du groupe aéronautique.  

 

Le procès verbal de la CDC précise toutefois que "l'Etat n'a à aucun moment demandé à la Caisse des dépôts de se porteur acquéreur des titres concernés (…) , la Caisse des dépôts a fait part de son intérêt pour l'opération sur la base de critères purement financiers (…) ". Vendredi, l'établissement financier public avait déjà indiqué avoir "agi de manière autonome (…) en qualité d'investisseur de long terme, aux côtés d'autres institutions financières".  

Thierry Breton, contacté par Le Monde, souligne pour sa part que l'Etat n'a pas à "donner son aval à l'opération dans le cadre du pacte d'actionnaires d'EADS". "Certains [le] pensent", mais "il s'agit d'une erreur d'interprétation juridique", explique-t-il. En effet, le procès verbal note que l'autorisation a été accordée par l'Etat "dans le cadre des dispositions prévues par le pacte d'actionnaires [d'EADS]".

 

Retards de l'A 380.

 

Dans un entretien accordé à Challenges, l'ancien ministre du gouvernement Villepin avait également déclaré n'avoir appris les retards du programme de l'A380 -le très gros porteur d'Airbus, filiale d'EADS- que "le 12 juin 2006"; et a admis avoir reçu fin 2005 une note de l'Agence des participations de l'Etat (APE) lui conseillant de réduire l'exposition de l'Etat dans EADS, mais est "formel" sur le fait que cette note "ne mentionnait aucune information nouvelle sur le déroulement du programme A 380".

 

Depuis plusieurs mois, le leader européen est embourbé dans une affaire de délits d'initiés, relancée il y a quelques jours par une liste de l'Autorité des marchés financiers (AMF) citant les noms des dirigeants soupçonnés d'avoir revendus des titres EADS, en connaissance des retards qu'allait connaitre le programme du très gros porteur A380.  

 

Ainsi, Arnaud Lagardère et Manfred Bischoff, qui partageaient la présidence du conseil d'administration d'EADS, mais aussi Thomas Enders, ancien co-président exécutif d'EADS et actuel président d'Airbus, ou encore Noël Forgeard, ancien patron d'Airbus, sont soupçonnés de "délit d'initiés massif", commis entre novembre 2005 et mars 2006, soit juste avant que les difficultés d'Airbus ne soient rendues publiques et que l'action du concurrent de Boeing dévisse. Les retards de fabrication et de livraison de ses nouveaux long-courriers, l'A380 et l'A350, ont en effet été évoqués à partir du mois de juin 2005 au sein du groupe, puis officialisés un an après, le 13 juin 2006.

 

Vendredi, Christine Lagarde, la ministre de l'Economie, a demandé à Bertrand Schneiter, inspecteur général des finances, "d'examiner l'action des services du ministère en ce qui concerne EADS entre fin 2005 et juin 2006". Il sera chargé de "se pencher notamment sur les conditions dans lesquelles l'APE a exercé ses fonctions pendant cette période, ainsi que sur les relations entre les services du ministère (…) et la Caisse des dépôts et consignations".

Par Marie DESNOS.

LeJDD.fr.

 

 

Réactions à l'article.

Dimanche 07 octobre - 10h13.

 

Par antoineged.

 

Pour nous, petit peuple de France, toutes ces histoires sont proprement écoeurantes !

Mais j'arrête là mon message, car j'ai envie de vomir ! Excusez-moi !

Antoine GED.

 

 

 

 

.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


22944
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Bientot, je passe ma conduite - permis de conduire

image

Bonjour à toutes et à tous, Je viens de voir qu 'il y avait un sujet spécial permis. J'ai pas mal lu les sujets, car je passe moi aussi bientôt ma conduite pour la 1ère fois. Petite histoire rapide, obtention du code du 1er coup en novembre...Lire la suite

Desillusion (one shot gay) - recits erotiques

image

Bonsoir ! Ayant soudain un excès d'inspiration, j'ai décidé de vous pondre un OS ce soir ! ^^ Il va peut-être pas valoir grand chose, mais je me sentirais sûrement mieux une fois qu'il sera publié, dites moi ce que vous en pensez ! Bonne...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages