Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Transports      (5556 témoignages)

Préc.

Suiv.

Airbus risque de mourir d'une bataille nationaliste

Témoignage d'internaute trouvé sur planetforums
Mail  
| 295 lectures | ratingStar_24160_1ratingStar_24160_2ratingStar_24160_3ratingStar_24160_4

La crise que traverse Airbus prend une très mauvaise tournure, celle du nationalisme. Le constructeur aéronautique a besoin de sortir de son modèle d'origine, qui mesurait au trébuchet le partage des tâches entre les usines et entre les pays. Le décompte des "justes retours" pour chacun doit disparaître pour que s'envole enfin un géant "européen" postnational. Or il se passe très exactement le contraire.

Airbus est une bonne compagnie. Ses technologies sont bonnes, son organisation commerciale est efficace, ses avions sont réussis, en particulier l'A380. L'Europe n'a pas tant de succès industriels à son actif pour ne pas consolider celui-ci face à un Boeing remotorisé par une nouvelle direction et énergiquement stimulé par un fort appétit de revanche.

Le premier problème d'Airbus vient de ses coûts. Le plan de redressement "Power 8" est très douloureux, avec plus de 10 000 suppressions d'emplois, mais il est indispensable. La compagnie doit abaisser ses dépenses et sous-traiter davantage, notamment hors de la zone euro, pour se mettre un peu à l'abri des fluctuations monétaires. La répartition de ces sacrifices entre les usines et les pays a été soigneusement pesée par le patron d'Airbus, Louis Gallois.

Le blocage de l'annonce du plan ne vient d'ailleurs pas de là, mais de son second volet, qui veut modifier l'actuelle répartition du travail entre pays : les ailes en Grande-Bretagne, l'empennage en Espagne, la carlingue en Allemagne, le cockpit et l'assemblage en France. Airbus doit maintenant spécialiser ses sites en fonction de leurs compétences technologiques et focaliser ses savoir-faire. Le premier appareil sur lequel porterait ce nouveau modèle serait l'A350 mais, ensuite, ce schéma se généraliserait.

Tous les pays ont fait du chantage pour obtenir la part du lion. Mais les Allemands bloquent, revendiquant une plus grande part de la construction et une partie stratégique (centrale) que le plan ne leur accorde pas. L'affaire est devenue nationale chez nos partenaires, qui comptent les licenciements un à un et qui sont habités d'une sorte de rancoeur d'être lésés depuis longtemps par les Français. A la tête de l'entreprise cogérée comme au sein du gouvernement, il n'est plus question que de "défendre les intérêts allemands".

Airbus risque de mourir de cette bataille nationaliste d'un autre âge. S'il veut continuer de jouer dans la même catégorie que Boeing, le constructeur européen doit absolument changer de modèle industriel (puis capitalistique) et abandonner la double commande franco-allemande, qui démontre aujourd'hui combien elle est paralysante. L'Allemagne mérite d'obtenir une part normale, mais elle doit comprendre qu'Airbus doit surtout se débarrasser du nationalisme.
  Lire la suite de la discussion sur planetforums.fr


24160
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Bientot, je passe ma conduite - permis de conduire

image

Bonjour à toutes et à tous, Je viens de voir qu 'il y avait un sujet spécial permis. J'ai pas mal lu les sujets, car je passe moi aussi bientôt ma conduite pour la 1ère fois. Petite histoire rapide, obtention du code du 1er coup en novembre...Lire la suite

Desillusion (one shot gay) - recits erotiques

image

Bonsoir ! Ayant soudain un excès d'inspiration, j'ai décidé de vous pondre un OS ce soir ! ^^ Il va peut-être pas valoir grand chose, mais je me sentirais sûrement mieux une fois qu'il sera publié, dites moi ce que vous en pensez ! Bonne...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages