Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Transports      (5556 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les USA sont des manipulateurs

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 293 lectures | ratingStar_45542_1ratingStar_45542_2ratingStar_45542_3ratingStar_45542_4

Cette maxime s'applique à merveille aux événements qui se sont déroulés le 8 juin 1967 au large des côtes israéliennes.

 

L'USS Liberty est un des nombreux bateaux-espions de la marine américaine. Bardés de matériel d'écoute et de surveillance électronique, ces bateaux sont les oreilles du Big Brother américain.

 

En ce mois de juin 67, l'USS Liberty a reçu l'ordre de naviguer dans les eaux proches des pays les plus impliqués dans le conflit moyen-oriental. Une violente crise a éclaté entre Israël et les pays arabes et on se dirige droit vers un conflit armé que toutes les grandes puissances jugent inévitable.

 

Les Américains, tant pour leur propre information que pour prévenir toute attaque surprise contre leur allié israélien accordent un intérêt tout particulier à la recherche du renseignement.

 

C'est dans ce cadre que depuis quelques jours, l'USS Liberty écoute et épie toutes les communications radios de la région. Pour ce faire, il reste prudemment dans les eaux internationales.

 

L'attaque surprise ne viendra pas des arabes mais bien de la part de l'état hébreu qui lance une offensive éclair le 5 juin 1967 à la fois contre l'Égypte, la Syrie et la Jordanie. Le premier jour, l'aviation israélienne réussit à détruire une grande partie des forces aériennes arabes, s'assurant par-là, une maîtrise du ciel qui sera primordiale pour le restant de l'offensive.

 

A bord de l'USS Liberty, le début de la guerre ne changea pas les mentalités. On voyait mal l'aviation arabe attaquer des bateaux américains navigant, de plus est, dans les eaux internationales.  

 

De plus, la présence à proximité des porte-avions de la VIème Flotte finissait de rassurer l'équipage du Liberty. Il fut néanmoins décidé de placer un énorme drapeau américain afin d'éviter toute méprise. Le Liberty étant désarmé, il était incapable de se défendre.

 

Le 8 juin, alors que ce qui sera plus tard appelé la "Guerre des six jours" bat son plein, le Liberty se trouve en mer Méditerranée à proximité de la Péninsule du Sinaï, théâtre à ce moment d'intenses combats entre l'armée israélienne et égyptienne.

 

L'équipage remarque alors que des avions israéliens sont en train d'effectuer des repérages photographiques visant directement leur navire. Le commandant ne s'en inquiète guère, s'agissant d'avions israéliens, donc d'un pays allié des USA.  

 

Ce n'est que quelques heures après que l'incroyable va se dérouler. Trois vagues successives d'appareils et de navires israéliens vont attaquer le navire américain.  

 

Et à l'issue de l'attaque, on dénombrera 34 morts parmi les marins américains, 171 d'entre eux auront été blessés.  

 

Curieusement, cette affaire a été assez vite occultée et la version rapportée au public américain est celle d'une malheureuse confusion avec un bateau de guerre égyptien, d'une attaque qui a duré 5 minutes au plus et d'une unique torpille tirée avant que, se rendant compte de la bavure, les forces armées israéliennes ne cessent l'attaque. Le gouvernement israélien se confondant en excuses, l'affaire fut enterrée.  

 

Elle est heureusement sortie de l'oubli grâce à un livre publié par un membre de l'équipage du Liberty, visiblement pas satisfait de l'explication officielle. Ce livre (Assault on the Liberty by James M.Ennes) dénonce les mensonges et les oublis de la version officielle ainsi que l'apparente complicité du gouvernement américain dans cette meurtrière attaque.

 

Ainsi concernant la durée de l'attaque. Elle a duré en fait 75 minutes. C'est à dire longtemps assez pour que les pilotes israéliens se rendent compte de la méprise (pour rappel, il y avait un énorme drapeau US accroché au navire qui de plus ne ressemblait pas du tout aux navires de type soviétiques qui équipaient la marine égyptienne).

 

De plus, les reconnaissances photographiques israéliennes sur le Liberty ont duré au total 6 heures. Certains passages se faisant à peine à 200 pieds au-dessus du navire. Ce jour là, la mer était calme et la visibilité excellente. Il était donc impossible que les Israéliens n'aient pas clairement identifié le Liberty comme un bateau ami.

 

Autre élément qui pèse dans l'idée d'une attaque en connaissance de cause, c'est le type de munitions utilisées et qui semblent viser spécialement un bateau d'espionnage électronique comme l'était le Liberty.  

 

Ainsi la première vague composée d'avions à réaction modernes va tirer des munitions destinées à détruire les nombreuses antennes, paraboliques ou non, que transporte le Liberty.

La seconde sera composée d'avions plus lents et plus maniables munis de bombes au napalm.

Enfin, l'assaut se terminera par le tir de torpilles qui causèrent les plus graves dégâts et le plus grand nombre de victimes.

 

Enfin, la légende d'une attaque rapidement stoppée ne tient pas lorsqu'on sait que l'on comptera plus de 821 impacts de projectiles divers dans la carcasse du navire.

 

L'attitude de la flotte US elle-même démontre le caractère planifié de cette attaque. En effet, dès les premiers tirs israéliens, le Liberty appellera au secours les navires de la VIème flotte US qui croisent dans les parages, très attentifs à la guerre en cours. Parmi ces navires, plusieurs porte-avions dont les chasseurs auraient pu très vite secourir le Liberty.

 

Ces avions seront d'ailleurs lancés dans un premier temps avant d'être rappelés sur ordre direct de Washington. C'est l'officier de marine David E. Lewis qui raconte que c'est l'amiral Geis (chef de l'aviation embarquée de la VIème flotte) qui lui a dit en personne qu'il avait, à deux reprises, reçu l'ordre de rappel directement du secrétaire d'état à la défense de l'époque Mc Namara. Lorsque l'amiral Geis demanda une troisième fois confirmation, suite aux appels de détresse répétés du Liberty, il s'entendit confirmer qu'il s'agissait de l'ordre direct du président Lyndon Johnson.

 

Si au vu de ces quelques éléments, pris parmi beaucoup d'autres, il apparaît qu'il est certain que l'attaque de l'aviation sioniste contre le bateau américain était voulue et même préparée ; il n'en reste pas moins que l'on peut se demander pourquoi une telle action a eu lieu ? Les USA ayant toujours été le soutien le plus fidèle et le plus zélé de l'état hébreu, on voit mal les raisons d'un tel acte de guerre.

 

Deux explications reviennent le plus souvent. La première est que les Israéliens ont eu peur que le Liberty n'intercepte leurs communications radios démontrant l'imminence de l'invasion du plateau du Golan en Syrie. Les Israéliens pouvaient craindre que la diplomatie américaine, hostile à cette opération, ne prévienne les Syriens afin de la faire échouer et de ne pas plus compliquer les futures négociations de paix. Ce qui, connaissant le sens de l'efficacité brute et rapide de certains chefs militaires israéliens, aurait pu expliquer l'attaque.

 

L'autre explication serait plus embêtante encore pour Tsahal (nom hébreu de l'armée israélienne). En effet, il apparaît aujourd'hui que l'armée sioniste, pourtant présentée jusque-là, comme un modèle de vertu morale et démocratique, aurait assassiné dans le Sinaï des centaines de prisonniers de guerre égyptiens.

 

L'historien Gabby Bron raconte dans le journal israélien Yediot Ahronot qu'il aurait été témoin, le 8 juin 67 au matin, de l'assassinat de plusieurs prisonniers égyptiens dans la ville de El Arish dans le Sinaï.  

 

Or, le Liberty patrouillait à 13 miles à peine au large de cette ville. Il aurait donc pu soit observer les exécutions par ses moyens modernes d'observation (les conditions d'observation étaient optimales ce jour-là) ou intercepter des communications radios israéliennes qui les évoquaient. Raisons qui ont pu justifier l'attaque du Liberty pour un état-major israélien qui ne voulait pas que soient rendus publics les crimes de guerre commis par certains de ses soldats.

 

Aujourd'hui, les survivants du Liberty se sont constitués en association dont l'activité principale est d'essayer de trouver la vérité. Ils veulent savoir pourquoi 34 de leurs camarades ont été assassinés par une armée dite alliée. Ils veulent savoir pourquoi ils ont été abandonnés par leur propre flotte. Ils veulent savoir pourquoi a été fournie au public une version officielle aussi ouvertement tronquée. Ils veulent savoir pourquoi la justice américaine refuse de poursuivre Israël pour violation des conventions de Genêve1.

 

Tous les 4 ans, un candidat à la présidence vient leur promettre plus de clarté sur cette affaire avant d'oublier sa promesse lorsqu'il est élu. D'autres lobbies, bien plus puissants, le rappelant sans doute à l'ordre.

 

"L'incident" du USS Liberty est, et doit rester, définitivement classé.

 

 

1 même s'il s'était vraiment agi d'un bateau ennemi, les Israéliens ne pouvaient, comme ils l'ont fait : mitrailler les canots de sauvetage mis à l'eau, brouiller les fréquences internationales de détresse, utiliser des avions sans marque de reconnaissance, refuser (comme l'on fait les commandants des navires israéliens) de prêter assistance à un ennemi hors de combat et en détresse alors que l'exigent les lois de la guerre.

 

 

 
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


45542
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Bientot, je passe ma conduite - permis de conduire

image

Bonjour à toutes et à tous, Je viens de voir qu 'il y avait un sujet spécial permis. J'ai pas mal lu les sujets, car je passe moi aussi bientôt ma conduite pour la 1ère fois. Petite histoire rapide, obtention du code du 1er coup en novembre...Lire la suite

Desillusion (one shot gay) - recits erotiques

image

Bonsoir ! Ayant soudain un excès d'inspiration, j'ai décidé de vous pondre un OS ce soir ! ^^ Il va peut-être pas valoir grand chose, mais je me sentirais sûrement mieux une fois qu'il sera publié, dites moi ce que vous en pensez ! Bonne...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages