Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Victimes d'arnaques      (4256 témoignages)

Préc.

Suiv.

Rip-Deals : Escroquerie aux faux billets

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 4283 lectures | ratingStar_11356_1ratingStar_11356_2ratingStar_11356_3ratingStar_11356_4

RIP-DEALS - De plus en plus de Genevois et de Français sont victimes de cette escroquerie aux faux billets.

Les victimes commencent à parler. Sans doute auront-elles encore moins de réticence en apprenant qu'un célèbre animateur de jeux télévisés s'est, lui aussi, fait pigeonner. Depuis la publication d'une enquête consacrée aux rip-deals dans la Tribune de Genève (9 novembre 2004) , de nouveaux témoignages sont venus attester de l'existence d'un réseau particulièrement bien organisé opérant entre Genève, Turin et Paris… Italie et l'Allemagne. Les techniques d'approche sont toujours les mêmes. Après avoir épluché les annonces immobilières, les escrocs appellent les vendeurs et se font passer pour de gros investisseurs.

Un couple menacé dans l'Ain.

Lorsque la victime a été mise en confiance, on lui propose un marché. L'achat de son bien au prix fort. Seulement, il y a une condition. Le faux investisseur explique qu'il opère pour le compte de richissimes clients qui veulent défiscaliser des revenus non déclarés.

Autrement dit, blanchir un petit peu d'argent… Des billets suisses qu'on souhaite échanger contre des euros. Pour mettre en confiance les victimes, on n'hésite pas à leur donner des rendez-vous dans des lieux prestigieux.

Pierre (1) , un Annécien, s'est retrouvé dans l'un des salons de l'Hôtel Noga Hilton, à Genève. Un coup de bluff qui a marché. Costume rayé, attache-case, son interlocuteur, n'a pas de… se faire passer pour un homme d'affaires. Le Haut-Savoyard se laisse convaincre, d'autant plus facilement que le financier international dispose d'un point de chute. Une société de prestation de service installée sur le canton de Vaud assure son secrétariat.

Sûr d'avoir à faire à un vrai businessman, il se rend à Turin le 31 juillet avec 80 000 euros cachés sous sa veste en pensant finaliser la vente de trois appartements. Trop tard, le piège s'est refermé. Des complices, arrivés en voiture au lieu de rendez-vous lui ôtent l'enveloppe des mains et partent en trombe. Pierre a déposé plainte auprès de la police.

Le couple qui a été victime dans l'Ain de la même escroquerie au mois d'octobre et dont nous avions relaté les mésaventures, a aussi saisi la justice après avoir reçu des menaces. Les escrocs n'ont pas du tout apprécié la publicité faite dans notre journal autour de leur activité.

Pendant quelques jours, les gendarmes ont dû assurer une surveillance discrète autour de la maison des plaignants, peu rassurés à l'idée de savoir les escrocs, considérés comme dangereux, en possession de leur adresse et de la photo des lieux de leur habitation.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


11356
b
Moi aussi !
38 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par leconte73 | le 14/07/11 à 21:18

djodjevic bruno et sa famille djordjevic ljubisa le pere le frere et djordjevic valterie l autre frere et djordjevic toma la :mere verica tous participe au rip deal abite au blanc mesnil je peu vous fournir l adresse escate alias alie abraame voula serge becasam actuelement a turin
pour continuer le rip deal

Par leconte73 | le 14/07/11 à 21:20

@leconte73:

Histoires vécues sur le même thème

Pr les voyants/mediums /astros/avez vs deja travaille pr une - voyance et divination

image

Ouais bon… faut peut-être pas s'emballer… faut peut-être lire les petites lignes… et surtout faire le tri parce qu'on trouve de tout dans ce domaine. Tiens voici un autre article… édifiant. Bonjour .. Tout comme vous avant mon...Lire la suite

Marie-therese prefere les femmes (saison 3) en cours - recits erotiques

image

8. Visite au Palais. Palais royal, Paris, 10h. Au volant de ma C4, je me présente à la barrière et aussitôt les sentinelles en grand uniforme style XIXème siècle me présentent les armes. Un agent de faction s'approche de la voiture et je...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages