Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Vivre à l'étranger      (554 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mes beaux souvenirs d'enfance à Alger

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 1447 lectures | ratingStar_214936_1ratingStar_214936_2ratingStar_214936_3ratingStar_214936_4

Mes parents (de condition très modeste) ont quitté Alger le 15 août 1962, avec leurs trois enfants : mes deux frères et moi 6 ans et demi. Ils sont partis avec deux valises, une cantine et une voiture (Aronde) embarqués sur le bateau (ville d'Alger ou ville d'Oran ? ) à destination de Marseille. A Marseille, reçus comme des chiens dans un jeu de quilles, la ville devait crouler devant l'afflux de réfugiés… Passons…

Périple en France, d'hôtels en hôtels, pour attérir au final à Paris, dans un centre de rapatriés (comme on disait à l'époque) : le centre Baudricourt dans le 13ème arrondissement. Un an de vie dans ce centre, avec grands dortoirs d'une cinquantaine de personnes (si je me souviens bien) , hommes et femmes séparés bien entendu. Au bout d'un an donc, un appartement nous a été attribué au 4000 à La Courneuve, la cité n'était pas encore finie, l'usine de construction des panneaux de béton se situait sous nos fenêtres et elle a fonctionné à plein pendant quelques mois encore.

Néanmoins nous étions heureux d'avoir ces appartements modernes avec un confort auquel nous n'étions pas habitués : salle de bain, chambres. Le centre commercial créé en même temps que la cité était très agréable. A notre sens. Nous devions être moins exigeants que les gens qui habitent aujourd'hui dans ces cités qu'on dit sensibles. Mais je m'égare, je voulais évoquer les souvenirs qu'une enfant de six ans peut avoir d'Alger la blanche, la belle, même si cette ville était à feu et à sang au moment où j'y ai vécu…

Je me rappelle de la rue Hoche, de la place Hoche avec son palmier au milieu, de la marchande de journaux, de l'épicier mozabite qui vendait les meilleurs bonbons qu'on puisse trouver… Je me rappelle de mon école, l'école Clauzel, je revois sa cour, la salle de classe en maternelle, l'institutrice sévère… Je me rappelle de la rue Edmond Adam et je l'ai revue, vue du ciel avec Google earth, j'ai revu la platanes de la rue qui ont bien grandi. Je sens encore les odeurs de jasmin, de fleurs d'orangers de la Mitidja qui embaumaient Alger (à moins que je ne me l'invente).

J'ai dans l'oreille les cris des martinets qui, dans la bienheureuse fraîcheur du soir, zébrés le ciel bleu dur de leur vol impérieux. J'ai dans la bouche le goût de la loubia, de la tchouchouka, des poivrons grillés, de la soubressade (ah les rondelles de soubressade frites avec les oeufs sur le plat) … Les légumes en Algérie avaient une saveur incomparable.

Des noms de lieux trottent dans la ma tête et dans mon coeur, même si je ne m'en souviens pas moi-même. Je vous les donne en vrac (et excusez l'orthographe) : la rue d'Isly, le marché Maissonnier, la Pointe Pescade, Blida, Hussein Dey, les tournants Rovigo, Sidi Ferruche, la forêt de Baïnem et sa mouna, le jardin d'essai, la Grande poste… J'ai le souvenir d'une ambiance particulière, soleil, pureté de l'air, chaleur, vrai ville, d'une grande beauté architecturale…
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


214936
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

La revelation gay ado en cours

image

Bonsoir bonsoir ! D'abord, je tiens à m'excuser pour cette absence un peu longue mais j'ai eu une fin de semaine assez chargée et la rentrée ne vas pas arranger les choses. Je vais quand même essayer de faire de mon mieux car vous êtes de plus...Lire la suite

Pourquoi londres et madrid se dechirent sur gibraltar - les journaux televises de france 2

image

Encore plus que vous ne croyez… c'est l'alpha et l'omega de la genèse de beaucoup de conflits jusqu'à ce jour. De par le monde suite à ses promesses contradictoires, qui n'ont servi qu'à diviser pour règner, Et sa propre allégeance envers le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages