Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Voisins / Voisinage      (1656 témoignages)

Préc.

Suiv.

La collocation, mode d'emploi

Témoignage samestory par 35 ans.
Mail  
| 1188 lectures | ratingStar_213492_1ratingStar_213492_2ratingStar_213492_3ratingStar_213492_4

J'ai vécu pendant 3 ans en colocation. Et c'est bien comme ce que l'on voit dans les films californiens : la débauche dans toute sa splendeur !

Quand on est jeune, on ne prend pas conscience que vivre dans un immeuble, c'est vivre avec d'autres gens dans un même espace séparé simplement par des murs. On pense que le monde est à nous et surtout on se moque des autres. C'est dans la continuité de cette pensée qu'on envoie du gros son jusque 4h du matin tous les jours ; qu'on fait du skate, du foot, du tennis dans le salon ; qu'on fait des courses de trotinette dasn tous l'appart (l'avantage de vivre dasn 100m2 à 3) ; qu'on saute partout ; qu'on fait mumuse avec des pistolet à eau de sa terasse pour arroser les passants ; que jouer à la WII devient une question de vie ou de mort… Enfin bref, tout ce qu'il faut pour avoir des relations meurtrières avec ses voisins.

C'est ainsi qu'on a eu la visite à plusieurs occasions de nos voisins alors que nous étions dans des états plus que seconds. Les premières visites se faisaient avec beaucoup de courtoisies de leur part, mais ils ont vite compris que cela ne suffirait pas. Ainsi nous avons eu la venue de la police à plusieurs reprises. Bizarrement nous n'avons jamais reçu d'amendes pour tapage nocture. Le meilleur restaient les visites à 3h du matin des voisins du dessous ou du dessus en pyjama qui sont au bout du bout et qui ne voient plus qu'une seule alternative pour dormir : nous tuer. Dans ces moments là, la courtoisie fait place à l'animosité. On a beau être jeune et béta, quand on voit une personne avec des yeux injectés de sang qui vous dit d'arrêter de faire du bruit, on exécute sa requête. On reste des hommes civilisés avant tout.

Malgré tous ces événements, nous avons eu la bonne surprise dans les derniers temps de la visite d'un voisin (probablement celui qu'on a poussé le plus à bout d'ailleur) pour boire une petite bière en notre compagnie. Il nous a dit une phrase magique une des dernières soirées avant qu'on parte : "la collocation vaut mieux en faire partie que de l'avoir dans son immeuble."

Ce qui m'a le plus aidé

Martin, militaire, 2m06, 120 kilos de muscles



213492
nb
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par bidousha | le 09/02/11 à 20:49

J'aurai tellement voulu faire de la coloc une fois dans ma vie ... ca donne envie votre récit !!

Histoires vécues sur le même thème

Voisins de merde - nuisances sonores

image

Non non je melange pas tout, je sais que c'est pas une question de race etc je ne disais pas ça a mal, juste pour preciser que c'est etonnant car des musulmans sont respectueux justement mais ceux là, ils sont très meprisants, agressifs . Qu'ils...Lire la suite

Voisins extremement bruyants sujets recents 2013 - nuisances sonores

image

Bonjour, Je suis vraiment désolé pour toi et si tu as pu lire quelques sujets tu verras que je suis passé par là. En effet pour avoir la paix chez soi, il faut se battre. Dans ton cas, visiblement les autorités n'en ont rien à faire, et bien...Lire la suite