Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Voyages      (8184 témoignages)

Préc.

Suiv.

Récent exil culturel

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 278 lectures | ratingStar_100062_1ratingStar_100062_2ratingStar_100062_3ratingStar_100062_4

Dépasser cette étape négative est, pour les intellectuels, non seulement une possibilité, mais une obligation. Accepter la règle du jeu imposée par ladversaire, cest lui concéder un double triomphe : sêtre débarrassé de la présence physique des opposants et les avoir annihilés sur le plan spirituel, dans leur travail dartistes, de scientifiques, décrivains.

Et si les exilés décidaient à leur tour de considérer comme positif leur exil ? Tout en sachant que je suis sur la pente dangereuse du paradoxe, je crois quun tel choix correspond à une prise de réalité parfaitement valable. Cest pourquoi je lance cet appel à une distanciation expresse, qui prendrait appui, entre autres, sur le sens de lhumour, de cet humour qui, tout au long de lhistoire, a permis de véhiculer des idées et une praxis qui, à défaut, paraîtraient folie ou délire.

Je me réfère encore une fois à mon expérience personnelle : mon récent exil culturel qui a coupé net le pont avec mes compatriotes en tant que lecteurs et critiques, na pas été pour moi un traumatisme négatif. Si ceux qui mont ainsi fermé les portes de mon pays croient avoir parachevé mon exil, ils se trompent du tout au tout.

En réalité, ils mont donné une bourse à plein temps, pour que je me consacre plus que jamais à mon travail, car ma riposte à ce fascisme culturel est et sera de multiplier mes efforts aux côtés de tous ceux qui luttent pour la libération de mon pays. Exilés, oui. Point.

Ecrivains exilés, certes, mais en mettant laccent sur "écrivains".

Les dictatures latino-américaines nont pas décrivains, mais seulement des scribes : ne devenons pas, nous, les scribes de lamertume, de la rancur, de la mélancolie.

Contre lautocompassion il est préférable de prétendre aussi dément que cela puisse paraîtreque les véritables exilés sont les régimes fascistes de notre continent, exilés de lauthentique réalité nationale, de la justice sociale, exilés de la joie et de la paix.

A propos de démence : comme lhumour, elle représente une façon de faire éclater les stéréotypes et douvrir un chemin positif, introuvable si nous continuons à nous plier aux règles du jeu froides et sensées qui sont celles de lennemi.

Ce "fou" dHamlet finit par avoir raison du système despotique qui étouffait le Danemark : ne loublions pas.

Ce genre doffensive intellectuelle exige de limagination, de linvention, de lhumour et même un semblant de folie, mais est doublement efficace : si le travail intellectuel des exilés se fraye un chemin dans nos pays (et cest toujours possible, même sil ne touche que des minorités, à travers les circuits privés) , il a aussi un impact dans leurs pays daccueil et contribue à y développer la solidarité avec notre cause.

Mais pour cela, il nous faut rompre avec le répertoire habituel de la terminologie de lexil et procéder à un retour sur nous-mêmes, où chacun se voit de nouveau, se voit nouveau. La prise de réalité dont je parlais ne sera possible quau prix dune autocritique qui nous arrache une bonne fois certains des voiles qui nous aveuglent.

Tout écrivain honnête admettra que le déracinement mène à cette révision de soi-même. Contraignante et brutale, elle a les mêmes effets que le fameux "voyage en Europe" de nos grands-parents et parents.

Certes, il sagissait alors dun choix volontaire et agréablecétait le mirage de lEurope en tant que catalyseur de forces et de talents encore embryonnaires. Le voyage qui menait un Chilien ou un Argentin à Paris, à Rome ou à Londres était initiatique, on était dès lors sacré chevalier, on accédait au Saint-Graal du savoir de lOccident.

Heureusement, nous échappons de plus en plus à cette attitude de colonisés mentaux qui pouvait se justifier en dautres temps, mais que lubiquité culturelle offerte par les mass media ou les happy few media rend anachronique.

Et pourtant, il subsiste une analogie entre le merveilleux voyage culturel de jadis et lexpulsion implacable de lexi l : la possibilité précisément de cette révision de nous-mêmes en tant quécrivains arrachés à notre milieu.

Il ne sagit plus dapprendre de lEurope, mais de nous pencher sur nous- mêmes en tant quindividus appartenant à un peuple dAmérique latine et de chercher pourquoi nous perdrons les batailles, pourquoi nous sommes exilés, pourquoi nous vivons mal dans nos pays, pourquoi nous ne savons, ni gouverner, ni renverser les mauvais gouvernements, pourquoi nous avons tendance à surestimer nos aptitudes afin de masquer nos incapacités.

Le premier devoir de lintellectuel exilé devrait être de se mettre à nu devant le pénible miroir quest la solitude dans un hôtel à létranger et là, sans lalibi facile du localisme et du manque de termes de comparaison, essayer de se voir tel quil est.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


100062
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Voyages astraux - voyage interieur, introspection

image

Des exemples d'expérience de RL (=Rêve Lucide) , de paralysie du sommeil et de voyage astral : j'en ai à la pelle. Mais voici mon expérience vécue ce matin : comme avant chaque RL, j'ai ressenti les signes avant-coureurs ; comme les...Lire la suite

Reves tres (tres?) bizarres - reves et cauchemars

image

Bonjours depuis quelques jours j'essaye de faire des voyages astraux. Peut être que vous trouverai cela nul ou dangereux mais la n'est pas la question. D'ailleurs je n'y suis pas encore parvenu à proprement dit. Je le dis juste à titre...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages