Histoire vécue Vie professionnelle > Études - Formation - Orientation      (5824 témoignages)

Préc.

Suiv.

Deprime ou au bord du gouffre je ne sais pas, je ne sais plus... - depression, deprime, stress

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 23/06/13 | Mis en ligne le 15/06/14
Mail  
| 951 lectures | ratingStar_531401_1ratingStar_531401_2ratingStar_531401_3ratingStar_531401_4
Bonjour à tous, Je suis venue par ici, j'ai consulté le site et j'ai décidé de raconter mon histoire ; oui, depuis quelque temps, je ne sais plus vers qui me tourner, je me sens vidée, j'ai l'impression d'agir sans point de chute, je suis dans le flou total… Je ne sais pas à qui me confier, j'ai perdu toute confiance, peut-être que ces écrits m'aideront à faire sortir quelque chose. Voilà, je suis une jeune femme de 27 ans, actuellement étudiante (en dernière année) , je vis encore chez mes parents, j'ai un petit ami depuis six mois, un boulot à mi-temps que j'adore. Tout devrait bien se passer. Et pourtant ! En Septembre dernier, lors de ma rentrée universitaire, j'ai littéralement pété les plombs, plus aucun goût de vivre, une envie de dire merde à tout le monde, surtout pour mes études, je ne me sentais plus moi-même, je n'avais plus confiance en personne ni en moi-même, j'avais presque peur de moi. Tout en tenant ces propos en ayant ces idées noires, j'ai été consulté : d'abord chez mon généraliste qui depuis, me suit une fois par mois pour faire le point (anti dépresseurs en cause) … Puis dans un cmp pour voir un psy. Je traîne selon mon médecin un fond dépressif depuis des années qui m'aurait fait échouer durant ma scolarité au collège et au lycée. A 27 ans vous pouvez en effet vous demander pourquoi je suis pas dans le monde du travail à plein temps … J'alterne des périodes où je pète la forme et d'autres où c'est complètement le contraire. Bref ces premiers rendez-vous m'ont engagé dans une thérapie et on m'avait prévenu, j'en aurai pour minimum trois ans. Et puis la psy qui me suivait dans le cmp est partie en congé maternité, depuis j'ai arrêté d'y aller. Depuis, j'essaie de faire avec, j'essaie de faire abstraction de tout ce qui m'entoure et qui me bouffe mais bon ça ne suffit plus. Ce qui m'agace au plus profond de moi, c'est que j'en ai vraiment ras le bol (je remets tout en question, ma place sur cette Terre, dans cette société que je déteste et qui ne me correspond pas du tout, ma vie avec les autres) …mais en même temps cette année c'est la première fois que tout ce que je fais me réussit. Par exemple, je n'avais jamais eu autant de notes au-dessus de 12 dans mes partiels, mes relations avec mes amis, ma soeur et une cousine sont au beau fixe, mon histoire avec mon amoureux est épanouissante… Mais dans le fond rien ne va, je ne me sens pas heureuse, j'ai envie de rien, j'en ai marre de cette vie, j'ai tout le temps l'impression de faire semblant et ce sentiment me bouffe petit à petit. J'ai un amoureux que j'aime, des études qui vont me permettre d'exercer le métier que je veux, un boulot enrichissant. Ces sentiments de mal être viennent et vont dans ma tête n'importe quand, à pont nommé et j'aimerais tellement m'en débarrasser. Ces derniers temps c'est revenu à cause du permis de conduire. Je m'y suis inscrite en Aoùt 2013 et là j'en suis encore au code de la route. J'ai besoin de ce foutu papier pour mon futur boulot et pourtant ! Il y a un temps où je faisais entre trois et huit fautes j'ai demandé une date, on m'a dit non et depuis ça traîne. La dernière fois j'ai redemandé on m'a dit que j'exagérais et j'ai dit que je ne pouvais pas venir plus souvent à cause de mes études et de mon boulot. On m'a fait une grimace du genre "t'as qu'à te débrouiller autrement" et ça ça a été la goutte d'eau, je l'ai très mal pris, j'ai tellement galéré pour mes études, il y a dix ans on me disait que je ne ferais jamais d'études universitaires : pas le niveau, aujourd'hui j'en suis à un bac +5, cette grimace a été l'ultime bourde de cette auto-école. Depuis j'y suis allée quelque fois à chaque fois je me sens mal, mal dans ma peau, j'ai l'impression de revenir au collège quand je vais à des séances de code. Bref, comme une gamine et je le vis mal, ça me fait mal au coeur, j'en dors plus, je me sens délaissée par tout, incomprise, et je ne sais pas quoi faire. A la maison c'est de pire en pire, ma mère me pousse à bout, elle me dit que j'exagère que dans le fond c'est parceque je ne veux pas conduire, elle me dit que je fais mon adolescente, etc. Elle n'a aucune idée de ce que j'ai en tête, oui c'est vrai je n'arrive plus à y aller au code, j'ai besoin d'aide, je ne sais pas à qui la demander, tellement que j'ai honte de ne pas y arriver ! Ça elle ne veut pas le voir elle préfère m'en parler sans que je ne demande quoi que cela soit. Par exemple "Ah ben oui si tu conduisais …" . Quand elle me sort des choses comme ça, c'est l'effondrement autour de moi, je ne me sens plus en sécurité, j'ai envie de mourir, je me demandes ce que je fous sur cette terre, pourquoi ça fait des années que je souhaite mourir et pourquoi je ne suis pas encore passer à l'acte du moins essayer, je me dis que j'ai pas le courage, que je suis une poule mouillée et je me déteste un peu plus. Ces pensées vont et viennent en général pour tout et n'importe quoi quand on me renvoie une image de moi. Elles viennent sans cesse après des reproches douloureux de mes parents, je ne me sens plus. Ma mère en particulier elle est très violente dans ces paroles, dans mon coeur je suis très bouleversée, mais aussi, je ne la respecte plus tellement, à force elle m'a tellement écoeuré et épuisé (si au moins je n'avais pas l'impression d'avoir des reproches gratuitement) qu'à chaque fois j'ai envie de l'insulter, que je me dis que lorsque je m'en irai l'année prochaine, je couperai les ponts avec mes origines. Aujourd'hui encore elle m'a dit que si je voulais faire un bon mémoire je devais faire comme ma soeur (plus jeune qui a eu 15). Mais de quel droit se permet-elle de me juger elle ne sait pas comment je gère mes études, comment je travaille mon mémoire justement. Je n'en peux plus de ces futiles comparaisons avec des personnes qui ont réussies sans encombre leur vie. Cela m'épuise. Je ne peux pas le dire à mes parents, tout dialogue est rompu. J'en ai vraiment assez de ce sur-moi trop fort trop violent. En attendant j'éponge tout ce qui m'est balancé à la figure. Je fais semblant de me ranger de ces avis, mais je suis tellement rongée de l'intérieur, je ne comprends pas pourquoi je me laisse faire, ce que j'attends pour réagir… Et toute la violence envoyée que je ressens, je veux me l'infligée une bonne fois pour toute. Comme si le repos éternel serait une sorte de grandes vacances. Je suis tellement écoeurée par la vie mais je crois que je suis encore plus écoeurée par ma personne… Je ne sais pas quoi faire… Parfois je pense à l'avenir, je me dis que j'aimerai avoir un boulot à responsabilités, des enfants etc. Mais mes relations avec ma mère sont tellement brouillées, que j'ai de moins en moins envie d'en avoir puisqu'on dit qu'on reproduit avec eux ce qu'on a vécu avec nos parents. Il est tout simplement hors de question que je fasse subir ce genre de chose. Et puis là avec ma fin d'études je recherche un boulot qui me permettrait de m'envoler. Bizarrement, je ne me vois pas l'année prochaine, je suis dans le brouillard mais je sais que si je n'ai pas trouvé d'ici novembre je ne le supporterai pas ce sera encore pris comme une violence à mon encontre. Ces quelques lignes (enfin ce roman plutôt) ne sont pas un appel à l'aide mais plutôt un besoin de point de vue d'une tierce personne, je ne peux plus être objective dans ce que je fais, je suis tellement empêtrée là-dedans. Je vous remercie de votre lecture. A bientôt.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


531401
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Voler par mon mecanicien - entraide et associations locales, ville par ville

image

Bonjour, je m'excuse d'avance si je me suis trompée de section mais elle m'as semblé plutôt juste. Je vais déballer mon histoire en espérant pouvoir être aidée. Le mois dernier j'ai eu un problème avec ma moto, donc je l'ai ramenée chez un...Lire la suite

Les concours : une situation difficile pour notre couple - affaires de couples

image

Bonjour. J'essaie de faire court afin d'exposer mon problème le plus simplement et le plus clairement possible. Il y a un mois, ma copine a voulu se séparer de moi. A priori, tout allait bien et ce fût évidemment un coup très dur pour moi. La...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Témoignage d'une future professeur
Sur le même thème
Mon orientation scolaire
Une conseillère d'orientation parle...
Les derniers appels à témoins